– Confiné·e·s avec AVIONS –

Après une « pause », tout de même productive, de 3 ans, le groupe lyonnais AVIONS vient de sortir un nouvel EP 5 for nacho. Nous avons contacté Luc, Simon et Anthony pour une interview spéciale quarantaine. 

  • Quels sont vos influences musicales (ou autre) pour vos musiques en général et pour ce dernier album ?

Luc : Nos influences générales pour AVIONS, c’est le punk et l’indie rock des années 90, comme Weezer, Dinosaur Jr, Jawbreaker et le pop-punk comme Face to Face, Blink-182. 

Pour cet EP, je me rappelle avoir surtout beaucoup écouté Guided by Voices et des groupes émo comme The Promise Ring ou Rites of Spring. Je me rappelle aussi avoir pas mal écouté la chanson I Love Music d’Andrew WK pour écrire Be Sincere.

Simon : Ces derniers temps, au-delà du rock 90’s, je pense qu’on a plus assumé nos affinités pour le classic rock et le rock américain à une plus grande échelle.

Anthony : C’est sûr qu’on évolue dans un environnement plus proche de l’indie pop, du punk, … mais on est aussi fasciné par d’autres sombreries comme le black metal, notamment par ses aspects techniques. On est très fiers d’avoir pu caller un blast-beat !

 

  • Votre premier concert, c’était quoi ?

L : En tant que public, Tryo (ouch). Avec AVIONS, le Métal Café à Lyon, quand on avait 17-18 ans.

S : A l’époque on était deux, une catastrophe totale. Je crois qu’une corde à cassé juste avant qu’on commence et on a dû faire un aller-retour pour aller chercher une guitare chez moi. Une fois sur scène une autre corde a cassé sur la nouvelle guitare… Sinon Henri Dès je pense, aucun souvenir, premier concert de rock c’était Kill The Young & Art Brut à la Vapeur de Dijon, je devais avoir 12 ans…

A : Mon plus vieux souvenir de ce qui se rapproche d’un concert c’est un apiculteur-chanteur-animateur qui était intervenu dans ma classe en maternel. Sinon on avait notre premier groupe en seconde avec Simon, on avait donné un concert devant tout le lycée. Je sais pas si on a fini par rejouer devant autant de gens !

 

  • Si platine, quel est votre premier disque que vous avez acheté ?

L : Premier vinyle, Wavvves de Wavves. Premier CD, Monkey Business de Black Eyed Peas.

S : A l’époque c’était mon colloc qui avait une platine, j’achetais seulement dans les Emmaüs, je me souviens qu’un de mes premiers c’était L’Oiseau de Feu de Stravinsky, c’est un énorme banger.

A : Fin primaire j’avais récuperer un bac de vieux disques avec une platine : Neil young, Bob Marley, Bee Gees…

Ensuite un CD gravé de Nervermind et Highway to hell, à partir de là c’était mode rock activé.

Quand on a pu sortir notre album « Loner » en vinyle, c’était un petit accomplissement. Pour nous c’était surtout important de le vendre à un prix abordable, nailed it!

 

  • Votre découverte musicale en ce moment ?

S : Personnellement j’ai adoré le dernier Weyes Blood « Titanic Rising », hyper bien écrit et arrangé, trop belle voix, un max d’émotion.

L : Un groupe de punk / death rock allemand des années 80/90, Chaos Z, surtout l’album « 45 Jahre Ohne Bewährung ».

A : La chaine youtube BOILER MERDE, qui fait pleins de live stream plus ou moins réussis depuis le début du confinement, avec une bonne partie de la scène française lofi/electro/shlag, ils sont à 90 concerts là, respect.

  • Pourquoi le nom AVIONS ? 

S : Bonne question, on a décidé de ce nom quand on avait 17 ans donc la logique à cet âge là… A la base l’idée c’était de faire du noise rock ou je ne sais quoi, donc on avait sûrement été influencé par les groupes français du genre, qui ont des noms style Chevreuil/Cheveu/Pneu/Poil, ça doit venir de là….

L : Oui, Simon et moi on avait décidé de monter un groupe, mais Simon devait passer son bac avant, donc on a juste choisi le nom AVIONS trois mois avant de jouer quoi que ce soit. On a pas du tout fait du noise rock au final.

A : C’est un moyen de transport.

 

  • Qu’est-ce que 5 for Nacho, selon vous, peut apporter à la quarantaine de chacun ?

L : Ça me ferait plaisir que quelqu’un fasse de l’exercice en écoutant l’EP.

S : Je l’espère un peu de réconfort en cette période de stress, et de divertissement en cette période d’ennui (pour ceux qui ne travaillent pas bien sûr).

A : Pour ceux qui viennent à nos concerts d’habitude et qui connaissent déjà les chansons, il y a deux morceaux inédits ! Et pour les autres qui suivent AVIONS depuis des contrées lointaines c’est enfin le moment d’entendre les morceaux et on espère que ça ravira quelques personnes !

 

  • Comment expliquer votre silence radio de 3 ans ?

L : Habiter dans des villes différentes, des jobs plus ou moins flexibles, des difficultés d’organisation… Mais on joue des nouveaux morceaux en concert depuis 3 ans, on n’a pas chômé.

S : On a tous d’autres projets/groupes à côté, on ne vivait pas dans la même ville pendant assez longtemps. On a continué les concerts et la compo mais on n’a pas eu vraiment d’opportunité d’enregistrer pendant ces trois ans. Ça doit faire presqu’un an et demi qu’on a un set avec exclusivement des « nouveaux » morceaux. Maintenant on relance la machine avec plein de compos en stock.

A : Le « silence radio » c’est la face visible. Entre deux albums on écrit, on répète, on fait des concerts, c’est presque là que l’essentiel se passe finalement.

 

  • Qu’est-ce que vous écoutez quand vous êtes dans une période difficile ?

S : De l’ambient (William Basinski, Tim Hecker…), rien de mieux pour se calmer, prendre du recul et limiter les émotions trop fortes.

L : Souvent de la musique qui ne demande pas beaucoup d’attention, et de préférence positive (Blink-182, Andrew WK, Carly Rae Jepsen)

A : Des démos de synthés sur YouTube : Jexus – WC Olo Grab, Analog audio1, Perfect Circuit…

 

  • Quel est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

S : Du vélo, aller dans un parc, faire pâques avec mes parents…

L : Manger avec mes parents ? Reprendre les répètes ?

A : Retourner au taf, un bon gros Kebab, les potes, la mif… tu connais.

 

 

Et on connait…

On vous laisse avec la playlist spéciale confinement réalisée par les membres d’AVIONS spécialement pour Le Point G Magazine. 

En espérant retrouver AVIONS en live après ce temps latent, où chacun d’entre nous est clairement en train de se taper la tête contre les murs… (Pas trop fort, ce n’est que le début). Vivement les prochains concerts, qui annoncent à coup sûr, une bonne dose de défoulement. 

Alors en attendant, il n’y a plus qu’une chose à faire : Foncer écouter 5 for Nacho, disponible sur toutes les plateformes de streaming.