– GANACHE – « Hikikomori, ça parle de renfermement sur soi même, de ne pas sortir, de ne rien faire… C’est créer une bulle musicale. »

Il y a un temps où le confinement n’existait pas, où voguer de salles en salles était presque banal, à la recherche de groupes et musiciens qui pourraient nous faire voyager un peu. Cette banalité nous manque, beaucoup. On se remémore alors nos derniers souvenirs, derniers instants partagés prenant le large, avec pour seul capitaine

9 questions pour Debate Club

Bon, on l’avoue traverser l’océan pour découvrir les trésors musicaux canadiens nous titille un peu… En attendant, de réunir les pépettes et d’avoir le Saint Graal (PVT, PVT, PVT – émoticône avec des étoiles dans les yeux), on a eu la chance de parler via écrans interposés avec Debate Club, sur leur nouvel album Phosphorescent

Suzane : « Mon album arrivera début 2020, il y aura du connu et de l’inédit »

Elle déchaîne les foules et est l’artiste qui se produit le plus durant tout l’été (Vieilles Charrues, Francofolies, Chien à Plumes…), Suzane est partout, sur toutes les bouches et dans toutes les oreilles. On a pu lui poser quelques questions avant son passage au Saint Rock festival. On y a parlé féminisme, Orelsan et mélange

LAST TRAIN : « Ce que l’on souhaite le plus possible, c’est de transmettre des émotions. »

Un retour en trombe et pas des moins émérites est en train de se dérouler pour les quatre garçons de Last Train. Après des mois d’absence, un album annoncé, The Big Picture sortira le 13 septembre et déjà deux titres qui font déjà sensation – The Idea of Someone et Disappointed. Que même les plus sceptiques n’ont pas

Entre « grosses scènes et petits bars », Raqoons nous raconte son expérience grandissante du live

La programmation de Saint Rock avait de quoi attirer le regards : avec Pirouettes, Last Train et Inuit, le festival s’annonçait éclectique et réussi. Mais en plus petit sur l’affiche : jeune trio de rock originaire de Saint Etienne, Raqoons a déjà joué à Musilac, l’Olympia ou à l’Aluna festival. On les a rencontré juste

Paillette : « Je suis toujours dans la pudeur, c’est un peu mon mot préféré. »

On vous a déjà parlé de Paillette, éclat pop-mélancolique qui resplendit dans le paysage musical lyonnais. On l’a rencontré autour d’un café, juste avant la sortie de son deuxième EP « Deal with it » pour parler de son projet artistique, de ses inspirations et du pouvoir guérisseur de la musique.     Bonjour Paillette, qui se