The Garden – Trois pour le prix d’un !

Aujourd’hui ce n’est pas d’un seul artiste dont je vais parler, mais de trois, enfin, deux, enfin…

 

Je m’explique, The Garden est un groupe composé de deux frères jumeaux, Wyatt et Fletcher Shears, tout droit venus de Californie. Musicalement, le groupe flirte entre le punk, le hip-hop, parfois l’électro ; mais c’est surtout l’expérimentation qui prime. Difficile de reconnaître leurs influences, pourtant, je vous assure j’ai longuement essayé. The Garden – c’est une basse, une batterie, quelque notes de synthé et deux voix…identiques. That’s all !

Le groupe démultiplie les atmosphères, certains morceaux sont anxiogènes, punk, d’autres apparaissent comme des ballades flottantes mais toujours piquées d’humour. Vous l’aurez compris, âmes sensibles s’abstenir ! The Garden est un groupe qui provoque et aime déranger. Dans leurs clips comme sur scène, déguisements et travestissement sont de mises pour une ambiance encore plus creepy.

 

Jusque là les choses sont plutôt simples – Mais, les deux frères ont voulu se lancer dans des créations solos. Fletcher devenu alors Puzzle, et Wyatts, Enjoy. Ainsi, ils composent ensemble pour The Garden, tout en assumant des albums et tournées solos.. Déroutant, n’est-ce pas ? Mais le plus improbable est que chacun emporte, dans leurs albums respectifs, un « je ne sais quoi »  de The Garden…  Ces albums solos apparaissent comme des formes d’expérimentations personnelles, permettant un enrichissement collectif. Le plus surprenant, c’est que malgré les distinctions, il est difficile de reconnaître qui a fait quoi dans leur album. Et même si l’un s’oriente plus vers le punk (Puzzle), l’autre plus New Wave, à la The Cure (Enjoy), on retrouve de nombreuses variations et enchainements créatifs qui vont au delà de leurs styles respectifs.

 

 

En bref, The Garden c’est un groupe, deux artistes, et trois œuvres complémentaires mais toujours plus décalées du reste.

 

Le groupe tourne actuellement dans le monde entier. Passé en France cette année pour deux dates, le duo n’a malheureusement pas mis les pieds à Lyon.

Un groupe à suivre de prêt vous l’aurez compris !

 

© Myles Pettengil