AVIONS, la quintessence pop-punk tout droit sortie d’une autre époque.

Avis aux nostalgiques du rock des années 80-90. Ceux qui disent que c’était mieux avant, que la musique d’aujourd’hui « c’est fait qu’avec des machines ». Ceux-là vont ouvrir grand leurs yeux (et surtout leurs oreilles) en découvrant AVIONS, le trio lyonnais qui ravive la flamme du punk-pop-rock.

1 seule chanson de plus de 3 min 30. Vous pouvez être sûrs de ne pas vous ennuyer avec AVIONS. Les chansons s’enchaînent, droit au but, pas de fioritures, un peu comme un avion en fait.

En écoutant l’album du groupe lyonnais, on a le sentiment que les malheureux sont nés à la mauvaise époque. À l’aube des années 2000, AVIONS aurait enchaîné les albums à succès et les tournées aux côtés de Green Day ou Face to Face. Qu’est ce qu’ont de si particulier ces 3 potes cachés derrière ce nom si banal ? Le talent de faire renaître un style rangé au placard. Faire du rock c’est facile, le faire bien, ça l’est nettement moins. Le fameux power trio guitare-basse-batterie n’a jamais aussi bien porté son nom que remis au goût du jour par des mordus de rock.

 

A l’instar de leur musique, le clip du « hit planétaire 30 ans plus tôt » intitulé Van Halen est lui aussi sorti d’une autre époque. 3 potes qui jouent dans leur garage, se défoulent. Un cliché rock toujours aussi jouissif.

Avec AVIONS pas d’entrée, on met directement les pieds dans le plat principal, et dans l’album Loner, le plat principal s’appelle Bogus. Le titre est un hymne pop-punk au tempo soutenu et calibré pour les stades. On respire un peu sur le titre What’s so Fun ? avant de replonger dans le pogo permanent qu’est l’album. Entre le bien nommé Rock Music, l’énervé Moms & Punks et le rapide Viper on touche là au cœur de l’album, un concentré du rock à travers différents styles, la substantifique moelle d’AVIONS. Second morceau calme de l’album, Sunday Shirt verse d’avantage dans le surf-rock que dans le grunge. Une dernière occasion d’aller s’acheter une bière au bar. Le pénultième morceau, Designed To Destroy est porteur d’un refrain à reprendre à l’unisson. Plus long titre de l’album avec ces 6 minutes, le morceau Satan Only Knows termine l’album en beauté.

 

Refusant de se plier aux plates-formes de streaming, Loner est disponible à prix libre sur Bandcamp juste ici. N’en déplaise à John Lennon, le rock français s’écoute en casque ou en concert il est bien meilleur qu’un vin anglais. Le rock n’est pas mort, loin de là. Longue vie à lui et à AVIONS.

 

 

 

AVIONS jouera au Farmer (69) le 23 février prochain.