Foals et son double-album le plus attendu de l’année

Vous ne connaissez pas Foals ? Asseyez-vous confortablement, on va vous présenter un des groupes de rock les plus en vogue du moment. Les autres, restez aussi, vous saurez en partant pourquoi Everything Not Saved Will Be Lost Part 1 est déjà dans le top 10 des albums rock de cette année.

 

Reprenons depuis le début. Formé en 2005, Foals est un groupe de rock apparu à Oxford. Le futur chanteur du groupe Yannis Philippakis, d’origine africano-grecque est guitariste dans une formation de math rock avec son ami d’enfance Jack Bevan. Les deux potes veulent s’orienter vers la création musicale et non vers la technicité à tout prix. Ils créent alors Foals avec l’ambition d’en découdre (les bougres signent chez un label avant même d’avoir un soupçon d’album à présenter) mais surtout de revitaliser le rock alors en perte de vitesse. Yannis P. fait aujourd’hui le même constat dans Le Monde : « La musique dans le rock est devenue ennuyeuse, elle semble coincée. Elle est aujourd’hui nostalgique et ne paraît plus engagée dans notre époque. »

 

 

En 7 ans distillés entre 2008 et 2015, Foals sortira 4 albums, presque un tous les deux ans. Le premier opus du quintet rock voit le jour le 23 mars 2008 et s’intitule Antidotes. Celui-ci rencontre un certain succès en se classant 3ème meilleure vente au Royaume-Uni. Un an plus tard sera publié Total Life Forever, un condensé pop-rock moins applaudi par la critique. Holy Fire, troisième opus pour le groupe désormais londonien est publié en 2013. L’album confirme la célébrité mondiale dont hérite désormais Foals et leur ouvre les portes de nombreux festivals à travers l’Europe. Le quatrième long format de Foals voit quand à lui le jour en 2015. Délaissé par la critique, What Went Down est pourtant un excellent album et le public le reconnaît à sa juste valeur, notamment lors de la tournée mondiale du groupe qui leur imposera une pause de 4 ans. Pause amplement méritée et salvatrice car elle amènera le remarquable Everything Not Saved Will Be Lost Part 1, sorti le 8 mars 2019 et qui concentre toute notre attention aujourd’hui.

 

 

Après avoir enregistré What Went Down près d’Avignon, Foals a concocté ce dernier opus dans la banlieue sud de Londres. Everything Not Saved Will Be Lost Part 1 est l’album de l’exploration. Foals continue sa recherche sonore, notamment en délaissant occasionnellement les guitares au profit des synthés. Mais c’est surtout l’assemblage des deux qui fait la marque si reconnaissable des Poulains d’Oxford.

En guise d’ouverture, l’album nous offre le progressif et sublime Moonlight avant l’explosion qu’est Exits, le premier single publié, frénétique et dansant. Quelques jours avant que le single ne paraisse, une feuille de papier est retrouvée à la sortie du métro londonien. Le nouveau propriétaire de ce document vient de trouver les paroles du tout premier single de Foals en 4 ans avant même que celui-ci ne soit mit en ligne ! Le titre traite de la porosité entre un monde dystopique et la réalité qui s’en approche toujours plus, reflet du pessimisme latent du chanteur. Sur une note plus joyeuse, le rythmé White Onions est déjà enregistré dans toutes nos playlists… In Degrees et ses synthés frétillants est une piqûre de rappel quand à la l’imminence du bouleversement climatique, le tout sur fond de musique entraînante. Le bien nommé Syrups, lent et groovy rappelle certains titres de What Went Down comme Lonely Hunter ou Snake Oil. Second single paru, On the Luna est un morceau solaire où la présence des synthés est notable et appréciable. Initialement nommé End of the Days, la chanson transcrit l’inquiétude de Foals et plus particulièrement de son chanteur quant à l’avenir du monde. Délaissant ces thèmes sombres, l’album s’offre une pause boisson avec Cafe d’Athens. Les origines de Yannis Philippakis se font ressentir dans une ambiance tropicale chaude et lancinante. Interlude instrumental, Surf, Pt. 1 est la sobre intro d’une très probable deuxième partie sur le second album de Foals attendu pour l’automne 2019. On a attendu toute la semaine que le dimanche arrive et bien il est là. Sunday, son début calme, à l’image d’une plage paradisiaque, son augmentation en puissance qui se termine en apothéose est LA pépite de l’album. Les paroles reprennent le thème récurrent de l’album : le cercle vicieux des générations minant le terrain aux suivantes… Malgré des paroles sombres, le morceau motrera toute sa splendeur avec une version live qu’on découvrira à Rock en Seine en août prochain ! I’m Done With The World (& It’s Done With Me), dernier morceau de l’album le clôt sur une note de beauté mélancolique incomparable.

 

 

Sous ces airs d’album entraînant et solaire, Everything Not Saved Will Be Lost Part 1 cache un message politique derrière des paroles ternes, reflet d’une époque torturée. La diversité est de mise sur cet album qui combine des morceaux énervés comme White Onions ou Exits et des ambiances plus calmes avec Surf, Pt. 1 et Moonlight. Un chef d’oeuvre qui remet Foals sur le podium des groupes les plus intriguants de ces dernières années. Une info à ressortir en soirée ? Le chanteur, Yannis Philippakis est entré en 2008 dans le palmarès des « personnalités les plus cools » selon le magazine américain NME. Un argument de plus pour écouter Foals.

 

© Alex Knowles