Le retour de Bottle Next avec Drift !

Hard et folk sont pour vous deux mots qui ne vont pas ensemble ? Détrompez-vous, Bottle Next est la preuve qu’un duo peut être aussi énervé qu’un groupe de métal et aussi inspiré qu’un artiste de folk.

Né en 2011, Bottle Next se compose de Martin Ecuer à la batterie et Pierre Rettien au chant et à la guitare électro-acoustique. Leur 1er album, Bad Horses sorti en 2017 est un condensé de rock énervé ponctué de touches jazzy grâce au saxophone de Pierre. L’album a été très bien accueilli puisqu’il a débouché sur une centaine de concerts aux quatre coins du monde (le duo s’est produit de l’Ardèche à Cuba). Trois ans plus tard, Bottle Next remet le couvert avec Drift, sorti le 24 janvier 2020. Pour ce nouvel album, les deux amis ont laissé libre court à leur créativité. Passant d’un morceau virulent et puissant (Muttonhead) à un titre moins énervé (Guilty Pleasure) pour terminer sur un chef-d’œuvre instrumental de dix minutes (Solitude), l’album est cohérent et ces 40 minutes passent plus vite qu’une pub sur TF1.

Drift a été annoncé par Romance et O.C.D., deux singles respectivement sortis en octobre et novembre 2019. Le premier a eu son petit succès puisqu’il a largement dépassé le cercle des fans du groupe. Mais c’est O.C.D qui retient notre attention. Le riff accrocheur et inventif fait de ce morceau un véritable tube rock. Ce morceau n’est pas le seul point fort de l’album, loin de là. S’affranchissant de toute étiquette, les deux musiciens inventent, mélangent et composent un parfait mix de ce qui se fait de mieux dans le rock. De plus, deux invités de marque sont présents sur l’opus. Dès l’intro du deuxième morceau, on discerne en effet une guitare funky qui détonne avec le son saturé de Pierre. Ce n’est autre que Mark Lettieri, le guitariste du groupe de jazz Snarky Puppy. Secondé par Shanka (guitariste de No One Is Innocent) dans un solo endiablé, M. Lettieri sublime le morceau Delirium qui porte décidément bien son nom.

Au final, l’incroyable inventivité, tant sur les rythmiques de Martin que dans les mélodies de Pierre sert un album moderne et réfléchi. Les deux compères se sont trouvés et chacun apporte à l’autre de quoi s’épanouir créativement. La sauce prend instantanément, pour notre plus grand plaisir. 

 

Venant juste de se produire au Jack Jack de Bron, le duo sera en concert avec KO KO MO le 27 février à Romans-sur-Isère. On espère les voir à l’affiche de festivals lyonnais !